La question du référendum en Catalogne

 

La question du référendum pour l’indépendance de la Catalogne a été publiés hier. Les catalans recevront deux questions à répondre:

Voulez-vous que la Catalogne devienne un état?

Ceux-qui auront répondu OUI à la première question pourront répondre à la deuxième question:

-Voulez-vous que la Catalogne devienne un état indépendant?

 

Les associations citoyennes les plus importantes de la Catalogne ANC, Omnium Cultural et AMI  ont donné ensemble une conférence de presse. En voici des extraits:

 

L’ANC accueille favorablement la question et s’engage à travailler pour le Oui à l’indépendance

         · Carme Forcadell: “Le 9 novembre 2014 sera le symbole de notre liberté”

L’Assemblée Nationale Catalane (ANC) accueille favorablement l’accord présenté aujourd’hui par l’ensemble des forces parlementaires favorables à l’exercice du droit à décider. Cette composante de la société civile, organisatrice de la chaîne humaine pour l’indépendance qui a eu lieu le 11 septembre dernier, confirme son engagement à soutenir l’organisation d’une consultation sur l’indépendance prévue le 9 novembre 2014 et à mener à bien le processus démocratique d’autodétermination catalan.

La présidente de l’ANC, Carme Forcadell, a dit que l’organisation considérait favorablement la question et la date de la consultation, en particulier car elle porte explicitement sur l’indépendance de la Catalogne et aura lieu en 2014, ce que l’ANC considérait “irrévocable”. Forcadell a également souligné que  “les forces politiques sont arrivés à un accord et cela avant même la fin du délai initiallement prévu”.

Forcadell a fait remarquer que le 9 novembre 2014 sera le 25ème anniversaire de la chute du Mur de Berlin et que cette date deviendra “le symbole de notre liberté”. Elle a finalement souligné que l’Assemblée a toujours travaillé pour le Oui, de manière constructive, à partir de maintenant, elle le fera pour « le Oui, et le Oui ».

 

En ce qui concerne la légalité de la consultation, l’ANC a précisé que de nombreux professeurs d’universités espagnols avaient déclaré cette consultation réalisable dans le cadre de la constitution espagnole, et qu’il existait plusieurs voies juridiques pour l’organiser si la volonté politique y était. De plus, Carme Forcadell a fait remarquer que “dans une société démocratique, ce n’est pas la loi qui doit déterminer la volonté des citoyens, mais c’est cette volonté qui crée et modifie la loi”. “L’État espagnol utilise la constitution, l’interprète de manière restrictive contre les droits des citoyens de la Catalogne”. “La démocratie est au-dessus de la loi, dans tous les pays du monde, c’est la loi qui s’adapte à la légitimité démocratique”, a-t-elle conclu.