Un autre Nobel d’économie défend la viabilité d’une Catalogne indépendante

Mais la stratégie de la peur continue en Espagne

Le Nobel d’économie Gary Stanley Becker défend la viabilité d’ une Catalogne indépendante et explique que la globalisation et l’ouverture des marchés internationaux permettent aux petits pays d’avoir un commerce productif et rentable avec le reste du monde.

Dans un article publié dans son blog, Becker donne l’exemple de l’ancienne Tchécoslovaquie qui avait un avenir économique incertain en 1993 lors de la séparation du pays en deux états: République Tchèque et Slovénie. Les petits états, dit Becker, peuvent commercialiser biens et services, grâce à la globalisation,et vendre leurs produits aux consommateurs et entreprises d’autres pays avec la même facilité que les grands états le font sur leurs marchés intérieurs.

Il explique ensuite divers autres atouts des petits pays et il
finit l’article affirmant que la croissance de la compétitivité des petits états dans le marché global est en grande partie due à la croissance du nombre d’états (qui est passé de 100 en 1950 à 200 actuellement.) Et le nombre de pays indépendants continue à croître,conclut Becker

Ces affirmations contrastent avec celles que l’on trouve dans la presse madrilène( faire peur est une stratégie qui s’y généralise). Ainsi un ancien conseiller de Zapatero prévient les établissements financiers catalans La Caixa et la Banc de Sabadell  de graves problèmes à venir dans une Catalogne indépendante.  David Traguas va jusqu’à parler d’une fermeture des banques en question.