Ce texte qui “remet en question le statut de la langue catalane” Trente ans d’immersion linguistique en Catalogne

L’ Indépendant  publie un article de Joana Viusà, (en complément, l’annonce que le Barça prend position pour l’enseignement du catalan) et un texte de Mathilde Contié sur les 30 ans d’immersion linguistique. Il faut rappeler que le modèle d’enseignement catalan donne aux jeunes  un niveau de connaissance du castillan supérieur à la moyenne des jeunes des autres autonomies, et que l’échec scolaire en Catalogne est inférieur à la moyenne de l’ échec scolaire constaté sur l’ensemble de l’Etat espagnol.

—-

L’État espagnol souhaite mettre fin à l’immersion linguistique en langue catalane, introduite depuis 1983 dans l’ensemble des établissements scolaires de Catalogne.

Le ministre de l’Education espagnol Ignacio Wert avait annoncé la couleur avant les élections catalanes : “Il convient d’espagnoliser les écoliers catalans !”. À peine dix jours après le verdict des urnes, le ministre a voulu proposer un nouveau modèle scolaire où le castillan prédominerait au détriment du catalan.Mal lui en a pris, car cet élément de tension entre le gouvernement central et la Catalogne intervient dans un contexte de montée des mouvements indépendantistes en Catalogne. Pour preuve : professeurs, étudiants et parents d’élèves ont annoncé une manifestation le 13 décembre prochain pour dénoncer un avant-projet de loi qui constitue une “offensive sans précédents contre le modèle d’éducation catalan et d’immersion linguistique”, et qui vise à “mercantiliser et privatiser l’éducation publique”. C’est la représentante de l’Education catalane Irene Rigau, qui a tiré la sonnette d’alarme, mardi à Madrid, en quittant une réunion avec le ministre José Ignacio Wert à l’initiative du texte. La ministre catalane a dénoncé un texte qui “remet en question le statut de la langue catalane”. Ignacio Wert sommait ses homologues régionaux d’accepter une énième réforme des programmes scolaires qui obligerait notamment le gouvernement de Catalogne à financer un enseignement en castillan aux élèves qui en seraient privés. Irene Rigau juge le texte “inadmissible” car il “dynamite littéralement le système d’immersion linguistique” pratiqué en Catalogne. Non seulement le projet de Wert imposerait le rétablissement du castillan comme langue véhiculaire dans toutes les écoles primaires publiques, mais la connaissance de la langue catalane ne serait même plus valide ni à l’examen du brevet ni du bac.

Appel à l’insoumission

Le porte-parole de la Generalitat a précisé que le gouvernement catalan présenterait un recours. Et, en dernière instance, il ferait appel au Tribunal Constitutionnel, pour “violation” du statut d’autonomie de la Catalogne, voire de la Constitution espagnole qui approuve le système d’immersion linguistique (lire ci-contre). Les représentants des organisations syndicales de Catalogne ont manifesté leur indignation contre le texte du ministre. Les établissements publics pratiqueront “l’insoumission absolue”, a assuré de son côté Irene Balaguer, présidente de l’association majoritaire d’instituteurs “Rosa Sensat” qui proclame à tout vent : “Nous avons été capables de résister au franquisme, nous résisterons aussi aux attaques du ministre Wert !”… Le gouvernement espagnol souhaite mettre fin à l’immersion linguistique en langue catalane introduite depuis 1983 dans l’ensemble des établissements scolaires sud catalans. Le catalan, banni de l’espace public sous la dictature franquiste (1939-1975), avait retrouvé ses droits avec la transition démocratique et la Constitution de 1978, qui a défini le modèle de l’autonomie des régions espagnoles. Un outil d’intégration… Le système éducatif actuel est de la compétence de chaque gouvernement des différentes autonomies, mais il se fait dans le cadre de la loi approuvée par le Parlement espagnol. En Catalogne, le catalan est utilisé normalement en tant que langue véhiculaire et d’apprentissage pour l’enseignement scolaire alors que le castillan n’y est enseigné que comme une langue vivante. La loi en faveur de l’immersion linguistique a été approuvée en 1983 par la Generalitat de Catalunya et, est entrée en vigueur en 1984, dans tous les établissements scolaires sud-catalans. Elle a pour base d’intégrer les nouveaux arrivants sur le sol catalan et limiter les inégalités sociales. … attaqué au Tribunal Dans les années 90, la loi est “attaquée”, une première fois, au tribunal par des familles espagnoles résidant sur le territoire catalan. Pour beaucoup, cette fronde contre la langue catalane sera plus politique que juridique… En juin dernier, le Tribunal Suprême espagnol a annulé partiellement un décret qui fixe le catalan comme unique langue dans l’enseignement des trois à six ans. Le tribunal avait déclaré notamment invalide l’article qui “consacre une attention particulière à l’apprentissage de la langue catalane notamment aux élèves étrangers pour qu’ils puissent l’intégrer le plus rapidement possible”. Aujourd’hui, le gouvernement catalan voit dans ce projet de réforme une atteinte profonde à un modèle d’intégration en vigueur depuis plus de 30 ans.

Font: L’Indépendant

Le Barça monte au créneau

Le FC Barcelone a publié hier sur son site internet un communiqué en défense de la langue catalane. “Le FC Barcelone entend défendre énergiquement la langue catalane et le modèle d’immersion linguistique existant en Catalogne depuis 34 ans”, a expliqué le club sur son site. Avant de poursuivre : “La langue, comme notre club, est un élément d’intégration, au-delà des différentes origines et sensibilités. La langue catalane et son enseignement dans les écoles font partie de notre identité et sont un élément essentiel pour la cohésion sociale et le vivre-ensemble de notre peuple”. En prenant la défense du catalan, le Barça a rappelé son engagement traditionnel pour l’identité catalane.

Font L’Indépendant

 

Deixa un comentari