Appel du 16 Mai 2021 pour l’Amnistie des prisonniers et des exilés politiques catalans

Chers amis démocrates,

Cette semaine les journaux et radios catalanes n’ont pas donné d’information sur les prisonniers politiques ; il est vrai que la bataille de pouvoir qui a démarré après les élections de février pour négocier un accord de gouvernance et nommer le futur président de la Généralité de Catalogne occupe tout l’espace médiatique.

La répression, elle, ne faiblit pas avec l’ouverture d’un nouveau front judiciaire contre une trentaine de responsables pour des activités internationales et notamment les antennes de la Généralité de Catalogne à l’étranger entre 2011 et 2017. Des cautions extravagantes leur sont réclamées. Parmi celles-ci, notons le voyage d’Artur Mas, ex-Président de la Catalogne (2010-2016) pour un voyage à Amsterdam où se réunissaient les dirigeants libéraux-démocrates européens (25 février 2013).

“Cette répression me rappelle le franquisme: ils organisaient un conseil de guerre et ils vous condamnaient à tout et n’importe quoi …/… C.ela passait aussi par un organe qui a été  entièrement inventé, la Cour des Responsabilités Civiles, qui a infligé des amendes en fonction de la trajectoire politique du peuple. . C’est la même chose. ” La phrase est de Pep Cruanyes, président de la Caixa de Solidaritat, qui sait exactement de quoi il parle.

Depuis la consultation du 9 novembre 2014 la caisse de solidarité a déjà versé près de quinze millions d’euros aux tribunaux espagnols. Elle a commencé par payer la sanction de 4,9 millions infligée à Artur Mas, Joana Ortega et Irene Rigau pour avoir organisé le 9-N; ensuite ont été payés 5,8% de la caution du tribunal numéro 13 de Barcelone, qui enquête sur l’organisation du référendum, la caution de 4,1 millions d’euros infligée aux prisonniers politiques pour le même concept et 560 000 euros supplémentaires de caution divers imposée aux hommes politiques et aux manifestants.

Sans transition, l’état Espagnol a dépensé environ 125 000 euros pour la tombe de Franco au cimetière de Mingorrubio (hors transfert depuis le Valles de los Caidos). Environ 40 000 euros ont été alloués aux travaux d’adaptation du panthéon et plus de 80 000 à la sécurité. 

Du côté des exilés catalans, un arrêté de la Cour de Justice de l’UE fait actuellement grand bruit. Il s’agit de l’affaire WS relatée par Josep Casulleras Nualart dans un article publié le 16 mai par Vilaweb (https://www.vilaweb.cat/noticies/sentencia-tjue-precedent-alemanya-puigdemont-llarena-josep-casulleras/).  WS ce sont les initiales d’un citoyen de 80 ans poursuivi des années par la justice américaine qui l’accusait de corruption et a lancé un mandat d’extradition en 2012. WS avait réglé le différend par le biais de la justice allemande et remboursé une certaine somme en 2009, mais sa situation restait précaire car le mandat d’extradition était toujours actif. Le TJUE vient de décider de l’arrêt d’une extradition traitée et refusée par la décision de justice d’un pays de l’UE et a déclaré la liberté de circulation dans l’espace commun de justice de l’UE, du fait de la clause de non bis in idem. En application d’un droit fondamental consacré à l’article 54 du traité de Schengen.

L’affaire de WS n’a rien à voir avec celles de Carles Puigdemont et de LLuis Puig, mais les 2 exilés catalans ont été jugés et absous par des tribunaux belges, ce qui fait que la décision du TJUE pourrait dorénavant faire jurisprudence dans leur cas.

Je vous rappelle l’importance de la pétition d’OMNIUM demandant l’amnistie des prisonniers, des exilés politiques et l’arrêt de la répression judiciaire en cours contre les indépendantistes catalans. Elle sera remise au gouvernement espagnol ainsi qu’aux principales institutions de l’UE.

N’hésitez pas à la signer et à la diffuser autour de vous alors que le temps de la justice européenne s’approche. 

https://www.omnium.cat/fr/signezpourlacatalogne/

 Alors que les taux d’incidence de la pandémie baissent dans notre région d’Occitanie, l’espoir reprend d’organiser avant la fin du mois la 130èmeveillée suspendue le 30 octobre 2020.

Je vous proposerai prochainement une réunion en visioconférence afin de faire le point tous ensemble.

Merci pour votre soutien.

PAU, AMNISTIA, LLIBERTAT i AUTODETERMINACIÓ
PAIX, AMNISTIE, LIBERTE & AUTODETERMINATION

Marie

PS : Les veillées hebdomadaires du Capitole de Toulouse ont pour objectif d’éveiller les consciences au sujet de la situation d’insécurité que vivent les catalans. Elles visent notamment à transmettre le message humanitaire, de solidarité et de défense des droits humains à l’encontre des 9 prisonniers politiques et de l’ensemble des citoyens catalans violemment réprimés à la suite du Référendum du 1er octobre 2017.